PMU – Hippodrome – Rouen Mauquenchy

Fiche signaletique

Bien qu’on l’appelle hippodrome de Rouen-Mauquenchy, le champ de courses du pays de Bray se situe à une quarantaine de kilomètres au nord-est de la capitale normande. Édifiée pour remplacer l’hippodrome des Bruyères de Sotteville-lès-Rouen, l’enceinte voisine de Forges-les-Eaux est à deux heures de route de Paris. Sur place, cet ensemble moderne propose à ses visiteurs un restaurant panoramique, un bar brasserie et plus d’une trentaine de guichets de paris au cœur d’une halle multifonction. Les propriétaires de chevaux sont quant à eux ravis par la meilleure des régies de télévision : toutes les vidéos de course et les interviews des vainqueurs sont disponibles sur commande. La piste de l’hippodrome est une piste de trot en sable de 1 300 mètres. Elle offre quatre possibilités de départ : 2 225 et 2 850 mètres aux cellules ou 2 150 et 2 800 mètres à l’autostart. Des réunions s’y déroulent toute l’année et, depuis le printemps 2016 et la mise en éclairage de l’hippodrome, des nocturnes retiennent les trotteurs et les turfistes jusque tard dans la nuit.

La tradition rouennaise des courses remonte à 1844 sur le Cours de la Reine, puis à l’édification de l’hippodrome des Bruyères en 1861. Ce dernier devient, au printemps 1994, trop vétuste pour recevoir ses épreuves, qui sont alors transférées vers diverses enceintes à Chartres, Fontainebleau ou Dieppe. Le projet de l’hippodrome de Mauquenchy se dégage en 1997, sur un emplacement initialement prévu pour les courses automobiles. Inauguré en 2005, il accueille dorénavant une vingtaine de réunions par an, dont les deux tiers sont des courses Premium. Deux temps forts marquent particulièrement le calendrier de l’hippodrome de Rouen-Mauquenchy. En juillet, le festival Trot en Fête attire d’importantes foules, et l’avant-dernière étape du Grand National du Trot s’y tient généralement en novembre, avant son apothéose à Vincennes.

Categories