Enghien : la traversée de l’Atlantique

Les grandes joutes réservées aux meilleurs trotteurs se livrent à Vincennes, à quelques exceptions près… Ce week-end, l’hippodrome d’Enghien accueillera le Prix de l’Atlantique. Un Groupe I départ autostart, disputé sur la distance de 2150m, qui a vu tous les grands noms de la spécialité de l’attelé s’illustrer. De Bellino II à Bold Eagle en passant par Ourasi. Puis des hommes comme Franck Nivard et Jean-René Gougeon ont marqué l’histoire de cette grande épreuve printanière. Nous évoquons tout cela.

La bombe Looking Superb, dernier lauréat

Nos courses ayant fait une pause forcée au début du printemps précédent, il faut donc remonter au 20 avril 2019 pour croiser l’ultime vainqueur de l’épreuve. Et quel vainqueur ! Un peu moins de trois mois plus tôt, Looking Superb était venu jouer les trouble-fête sur le podium du Prix d’Amérique. Et c’est finalement quelques kilomètres au nord de Vincennes, qu’il décrochera le premier et pour l’instant seul Groupe I de sa carrière. Avant coup, même s’il faisait partie des favoris, il a eu le désavantage de partir en deuxième ligne, avec le 12, alors que ses plus sérieux concurrents qu’étaient Uza Josselyn et Dijon s’élançaient en première ligne, respectivement avec les numéros 1 et 6. Et en début de course, ces deux-là se sont livré une grosse bataille pour prendre la tête, et l’ont sans doute payé. Une aubaine pour le tacticien qu’est Jean-Michel Bazire.

Le fils d’Orlando Vici surclasse l’opposition en affolant le chrono : 1’10″6. Il est tout simplement le premier cheval à descendre sous les 1’11 » dans cette course et s’adjuge son record, détenu jusque là par Pascia’ Lest (1’11″3 en 2014).

Le quadruplé de Franck Nivard

Un an plus tôt, c’est « Francky la main froide » qui rentrait dans l’histoire en devenant le seul driver à remporter ce Prix de l’Atlantique quatre fois consécutivement. Après avoir triomphé avec le Suédois Moving On (2015) et le Norvégien Lionel (2016), à chaque fois pour l’entraînement de Fabrice Souloy, il réalise le doublé avec Bold Eagle (2017 et 2018). A quatre succès, mais non consécutifs, vous trouverez aussi les noms de Jean-Etienne Dubois : 1996 avec Cocktail Jet, 1996 et 1997 avec Défi d’Aunou et 2010 avec Quaker Jet. A noter qu’il était également entraîneur de ces champions. Autre homme quadruplement titré, Michel-Marcel Gougeon, qui l’a emporté avec quatre chevaux différents : Nicias Grandchamp (1962), Une de Mai (1971), Lurabo (1984) et Ourasi (1989). Enfin il y en a un quatrième à quatre titres, c’est Yves Dreux, qui s’est imposé deux fois avec Rêve d’Udon (1990 et 1991), Insert Gédé (2003) et Nouba du Saptel (2009).
Mais tous ces hommes-là sont loin, très loin de Jean-René Gougeon, recordman de victoires qui a passé le poteau en tête à 10 reprises dont trois fois avec Bellino II (1975 à 1977) et Ourasi (1986 à 1988) et deux avec Une de Mai (1969 et 1972) qui totalise donc trois succès. Et JRG se trouve être aussi l’entraîneur le plus récompensé avec 9 trophées dans la besace.

Et pour ce qui est des chevaux les plus titrés, ajoutons Jag de Bellouet (2004 à 2006). Ourasi met finalement tout ce petit monde d’accord avec une quatrième victoire consécutive acquise en 1989.

Categories Culture Hippique