Prix de France : Face Time Bourbon un peu plus dans l’histoire ?

Le Prix de France, qualifié comme la revanche du Prix d’Amérique, ne fera pas le plein de partants ce dimanche 14 février à Vincennes. Ils seront seulement 9 derrière la voiture. Mais les principaux protagonistes du championnat du monde de trot attelé seront tous là ou presque, à commencer par Davidson du Pont et Jean-Michel Bazire, qui s’étaient imposés il y a un an. Mais un bon classement dans l’Amérique permet-il d’entrevoir le succès deux semaines plus tard ? Nous allons nous pencher sur les résultats des dix dernières années et tenter de répondre à cette question.

Une grande histoire de famille

Dans 70% des cas, le vainqueur du Prix de France a terminé sur le podium du Prix d’Amérique. La dernière à avoir dérogé à cette règle est Bélina Josselyn en 2018. Cette année là, l’intégralité du trio de tête dans l’Amérique n’était pas au départ. Readly Express, lauréat de la belle, manquait à l’appel. Configuration quasi similaire cette année puisque Gu d’Héripré, troisième le 31 janvier dernier, ne prendra pas place derrière l’autostart. Quid donc de Délia du Pommereux (5) qui a terminé au pied du podium de l’Amérique ? Nous pouvons imaginer que si les deux cracks se bagarrent un peu trop durant le parcours, comme cela avait été le cas dans le Prix de Bourgogne, la championne de Sylvain Roger pourrait venir s’intercaler au poteau.


Vu sa forme et l’autorité avec laquelle il a remporté le Prix d’Amérique, Face Time Bourbon (2) a toutes les cartes en main pour l’emporter, et ainsi rejoindre dans l’histoire son père et son frère. En effet, Ready Cash (2011) et son fils Bold Eagle (2016 et 2017) sont les derniers à avoir réalisé le doublé « Amérique – France ». Le 2, le numéro idéal, d’autant que son grand rival Davidson du Pont a hérité du 8 et s’élancera donc à l’extérieur. Et à l’intérieur d’Aetos Kronos (9) qui sera très attendu car il est le benjamin de la course (5 ans) et également le fils de Bold Eagle. Et surtout, il a enlevé sa première victoire à Vincennes le jour du Prix d’Amérique, dans la première édition du Prix… Bold Eagle.

Un mot sur la lauréate du Cornulier et belle cinquième du Prix d’Amérique, Bahia Quesnot (7). Quatrième en 2020, elle a tous les atouts pour faire aussi bien, voire mieux, même si elle restera intégralement ferrée.

Pariez sur la course >

Prix des Centaures : Flamme du Goutier enchaîne

A l’entrée de la ligne droite, le 24 janvier dernier, Flamme du Goutier (10) semblait avoir fait la différence pour s’offrir le plus beau des succès pour un trotteur monté, le Prix de Cornulier. Mais c’était sans compter sur le courage et la ténacité de Bahia Quesnot. Rageant, mais Antoine Wiels et sa jument n’ont pas gambergé longtemps puisque la semaine dernière, ils se sont imposés dans le Prix de l’Ile de France (Gr.I) avec une certaine autorité.

Sur sa lancée, elle va tenter d’accrocher un autre Groupe I à son palmarès, le Prix des Centaures. Mais sa tâche ne sera pas aisée car elle devra rendre 25 mètres aux 4 ans et en particulier à un certain Helitlopet (5) qui reste sur quatre victoire de rang dans le meeting dont les Prix de Vincennes (Gr.I) et Camille de Wazières (Gr.II). Le petit champion de Franck Leblanc retrouvera sur sa route un autre « F » et accessoirement un compagnon de boxes, un certain Freeman de Houelle (9). Qualifié de dernière minute dans le Cornulier où il s’est montré fautif, il s’est superbement repris le dimanche suivant en enlevant le Prix Jacques Andrieu (Gr.II) la semaine suivante. Dôté d’un gros moteur, le rendement de distance ne devrait pas l’effrayer. Il sera une nouvelle fois associé à Eric Raffin. En tout cas une très belle course poursuite s’annonce !

Pariez sur la course >

Categories Trot