Prix des Ducs de Normandie : le retour des champions

  • Cleangame, les jeux sont … faits ?

Seule la vérité de la piste compte… Néanmoins, Cleangame semble se destiner à marcher sur la voie royale lors des Ducs de Normandie.

La compétition réserve parfois d’étonnants coups de théâtre. Ce qui en fait d’ailleurs son charme. Pour autant, le cru 2020 des « Ducs de Normandie » laisserait à penser d’un scénario au dénouement prévisible. Du moins pour l’attribution de la convoitée palme… d’or.

Car avant même le lever du rideau, le premier rôle revient (de droit) à Cleangame (15) ! De tous les combats – excepté ceux « classique » puisqu’il est « hongre » – le pensionnaire de Jean-Michel Bazire « piaffe » d’impatience d’en découdre. De prolonger également une invincibilité qui fait (déjà) froid dans le dos de ces adversaires ! Ainsi, l’illustre ambassadeur de la casaque de Jean-Michel Rancoule n’a plus connu la défaite depuis son « faux pas » à l’occasion du Grand Prix d’Eté. Où il devait se désunir aux abords du poteau, en tentant de tenir en respect Propulsion

La succession du regretté Aubrion du Gers

Insolent d’aisance lors de la finale du Grand National du Trot, tout en s’élançant au troisième poteau, le fils de Ouragan de Celland bénéficie de conditions particulièrement avantageuses à La Pairie. Cité caennaise où il ne sera contraint à rendre la distance… Les dès seraient-ils donc déjà jetés ?

L’adversité essaiera de se convaincre du contraire. Si la constance plaide en sa faveur, Earl Simon (9) détient aussi des titres à faire valoir. Sous la férule de Jarmo Niskanen, il n’a cessé de prendre du galon. Médaillé de bronze du « Continental » 2018, derrière Eridan et Vitruvio, puis du Prix de Paris 2020, dans le sillage de Bellina Josselyn et Tony Gio, seul Vivid Wise As le devançait lors du Grand Critérium de Vitesse à Cagnes-sur-Mer. Très maniable, associé à un Franck Ouvrie qui le connaît dorénavant sur le bout des doigts, il ne peut être considéré tel un second rôle.

Délia ou Enino … du Pommereux ?

A l’image d’ailleurs de Délia du Pommereux (14), élevée progressivement au plus haut niveau et qui se targue d’avoir triomphé dans le « Bourbonnais ». Redoutable finisseuse, la pensionnaire de Sylvain Roger sera par conséquent avantagée par le tracé. Et mérite crédit. Tel l’incontournable Bold Eagle (16) ! Dauphin du regretté Aubrion du Gers l’an passé, ce double lauréat d’Amérique (2016 – 2017) n’a certes plus son tranchant d’antan mais conserve encore de jolis « restes »

Les outsiders feront légion dans cette épreuve « haut de gamme »… Très dur à l’effort, Bugsy Malone (11) évoluera sur un parcours où il vient de renouer avec le succès. Sur sa lancée, au regard également de l’habileté de son entourage, il constitue un pari amusant.

Bugsy Malone en terres conquises

Un trouble-fête comme le sera Enino du Pommereux (8). Contraint à rendre les armes devant Fast Time Bourbon lors du prix de Sélection, il en avait fait de même devant Eugénito du Noyer, Excellent puis Belina Josselyn respectivement à l’occasion du Critérium des 5 ans, des Prix Ténor de Baune puis de Belgique.

S’il est suffisamment « affûté », il a (aussi) le droit d’émettre des prétentions. Il figurera donc sur notre bordereau de combinaisons élargies avec Tony Gio (13), inconstant certes mais non dénué de qualité, ainsi que Bahia Quesnot (12) laquelle, une fois encore, va « déposer » son cœur sur la piste…

Le décor est planté « Attention, mesdames et messieurs, dans un instant ca va commencer, installez vous bien confortablement » pourrait alors chantonner un certain Michel Fugain

Prix des Ducs de Normandie

Conditions de course : Attelé – Internationale – Groupe II – 110.000 € – 2.450 m – Corde à droite – 16 partants

Départ : 13 h 50

CLEANGAME (15) puis Earl Simon (9), Bold Eagle (16), Délia du Pommereux (14), Enino du Pommereux (8), Bugsy Malone (11), Tony Gio (13) et Bahia Quesnot (12)

15 – 9 – 16 – 14 – 8 – 11 – 13 – 12

>> PARIER SUR CETTE COURSE

Categories Inbox Trot