Grand Prix d’Amérique : Pour qui le Graal ?

L’interrogation semble vouloir « brûler » les lèvres depuis quelques temps déjà. Sous pression, les protagonistes à ce Prix d’Amérique au parfum de centenaire vont donc pouvoir en découdre… Une belle empoignade qui augure d’un superbe spectacle.

Deux mille sept cents mètres d’efforts, sous les clameurs du public, avant d’entrer à jamais dans l’histoire, la postérité… Tel est le challenge que vont relever les dix-huit prétendants à ce Prix d’Amérique. Epreuve magique, féérique, qu’ils rêvent toutes et tous de pouvoir « épingler » à leur palmarès. Et pourtant, seul l’un réussira cet époustouflant … pari !

En digne fils d’un certain Ready Cash, Fast Time Bourbon (9) aimerait bien marcher – pardon « trotter » – sur les traces de son illustre aîné. Insolent d’aisance, celui qui collectionne les bâtons a-t-il rendez-vous avec l’histoire ? Son histoire… Lauréat du Grand Prix de l’UET, à Vermo, fin octobre en dominant Frisbee d’Am et Mister F Daag, le pensionnaire de Sébastien Guarato a depuis remporté le Prix Octave Douesnel, aux dépens de Fakir du Lorault puis le Critérium Continental face à Flèche du Yucca.  Capable de regarder « droit dans les yeux » ses aînés, le partenaire de Björn Goop attirera tous les regards. Incontestablement.

Fast Time Bourbon sur le toit du monde ?

Toutefois, il n’aura pas la partie aisée d’autant que l’adversité s’annonce redoutable. Séduisant lors d’un Prix de Bretagne où il avait validé son billet pour l’Amérique, Davidson du Pont (7) était apparu plus « discret » les sorties suivantes. Auteur d’une brillante fin de course, en dernier lieu alors qu’il était « chaussé », dénote cependant d’une forme certaine. Au pied du podium l’an passé, l’un des trois atouts de Jean-Michel Bazire, le fils de Pacha du Pont convoitera cette fois une place sur l’une des marches… La plus haute de préférence.

Celle sur laquelle Belina Josselyn (16) s’était élevé douze mois plus tôt… En retrait depuis quelques semaines, la partenaire de JMB vient de dissiper de nombreux doutes et (re)mettre les pendules à l’heure dans le Prix de Belgique. Qu’elle s’appliqua à marquer de son empreinte, au grand dam de Enino du Pommereux. Assurément dans sa « robe de mariée », elle redoublera d’effort dans l’espoir de se succéder à elle-même.

Délia du Pommereux sur une pointe ?

Derrière ce trio, les possibilités demeurent multiples. Et le recours au bordereau de combinaisons élargies apparaît judicieux. Remarqué dernièrement… après avoir sien le Prix du Bourbonnais, Délia du Pommereux (6) sera retenue. Cette fois-ci, sans ses « chaussures », cette redoutable finisseuse cherchera à brouiller les cartes. Celle d’une confrontation qui se découvre, à la lecture des engagés, des allures de poker menteur…

Détenant les atouts pour (espérer) bien faire, Bold Eagle (18) ne peut être, ne doit être écarté. A l’élogieux palmarès, l’ambassadeur de la casaque de Pierre Pilarski a démontré qu’il pouvait encore repousser ses limites. Etincelant au Canada, il s’est fort bien comporté dernièrement et appréhende au mieux cette échéance. Déjà dans… l’album aux (jolis) souvenirs de cette compétition, il s’efforcera d’en écrire une nouvelle page ! Et puis n’affirme-t-on pas que « les grands champions ne meurent jamais »

Bold Eagle suscite le respect

Comme Looking Superb (3) si près de la consécration l’an passé qu’il se présentera animé par la farouche volonté de ne pas laisser à nouveau s’échapper ce trophée entre ses sabots. Affûté et dans un statut de trouble-fête qui lui convient parfaitement, il séduira les amateurs de paris audacieux. A l’image d’ailleurs de Vivid Wise As (4) qui sous la houlette de Alessandro Gocciadoro se (re)découvre un appétit d’ogre. Non dénué de moyens, le fils de Yankee Glide a retrouvé du mordant derrière les Alpes et ses plus récentes sorties le démontrent capable, à nouveau, de rivaliser dans l’hexagone. En témoigne son ultime prestation… laquelle incite à la prudence.

Le moins fortuné mais en aucun cas le moins doué, Excellent (1) tentera de l’être le Jour J… A ne surtout pas condamner sur son faux pas dans le « Belgique », le représentant de la Team Abrivard n’a rien à perdre, plutôt tout à gagner ! Et cette configuration pourrait lui autoriser les rêves les plus fous.

Deux X dans la course…

Demeure deux interrogations : Propulsion (17), souverain ici-même dans le Prix d’Eté et qui sera au départ d’une prestigieuse épreuve dont il se classa 5e l’an passé. Rompu à ce genre d’exercice, il pourrait profiter de la moindre défaillance de prétendants. Précédé d’une flatteuse réputation en Scandinavie, Milligan’s School (10) demeure néanmoins très délicat à situer. Cependant l’habilité de son mentor, Stephan Melander suscite le questionnement… Le décor est planté, Que le meilleur gagne !

  • Notre choix

FAST TIME BOURBON (9) et DAVIDSON du PONT (7) puis Bélina Josselyn (16), Délia du Pommereux (6), Bold Eagle (18), Looking Superb (3), Vivid Wise As (4) et Excellent (1)

Voir les cotes pour le Quinté + >
Voir les cotes pour le e-Quinté+ >

Maximiser vos chances de gagner en participant au grand jeu Prédic’turf. Trouver le future gagnant du Prix d’Amérique et partager vous la somme de 3 000€ !
Qui est votre favori ? Prédic’turf

Grand Prix d’Amérique

Attelé – Internationale – Groupe I – 900.000 € – 2.700 m – 18 partants

Départ : 16 h 10

Toutes les info pour assister à l’événement sensationnel ici

Sans oublier, notre jeu grand jeu Prédic’turf. Trouvez le gagnant du Prix d’Amérique et tentez de vous partager la somme de 3 000€.

> Jouer à Prédic’turf

Categories Grand Prix d'Amérique