Breeders’ Cup et 48h de l’obstacle : bilan du week-end

Breeders’Cup : Enable sur le toit du monde

Samedi sur l’hippodrome de Churchill Downs, la championne Enable est entrée dans l’histoire en réalisant pour la première fois, la même année, le doublé Qatar prix de l’Arc de Triomphe-Breeders Cup Turf.

C’est une performance d’autant plus exceptionnelle que la jument entrainée par John Gosden a connu un problème physique à un genou au mois de mai qui a retardé sa préparation.

Le public en a eu pour son argent. Enable et sa dauphine, Magical, ont croisé le fer tout au long de la ligne droite mais le génie de Frankie Dettori qui a choisi l’option de décaler sa jument à l’extérieur a fait la différence.

Les français Waldgeist et Talismanic, respectivement 5ème et 6ème, n’ont pu soutenir la comparaison dans une épreuve qui restera dans les annales du sport hippique.

Et si Enable n’avait pas fini de construire sa légende pour conquérir d’autres titres de gloire l’année prochaine dont un 3ème sacre historique dans le prix de l’Arc de Triomphe….c’est maintenant à son propriétaire, le prince Khalid Abdullah d’en décider dans les prochains jours. John Gosden et Frankie Dettori retiennent leur souffle…et nous avec !

Les 48 heures de l’obstacle

C’était Le week-end des premières pour trois jockeys qui ont ouvert leur palmarès dans groupe 1.
Samedi, dans le grand prix d’Automne, Morgan Regairaz, en selle sur le favori Galop Marin n’a pas tremblé. L’élève de Dominique Bressou s’est imposé en patron pour signer un troisième succès d’affilée.

Pierre Dubourg, agé de 19 ans, a monté une course plein de sang froid dans le prix Cambacérès. Associé à Beaumec de Houelle, le jeune jockey  a pris son temps derrière les deux fuyards, Pat du Pont et Pic d’Orhy avant de placer une accélération à la dernière haie, un coup de rein décisif pour un succès qui ne souffre d’aucune contestation

L’image forte de ces 48 heures de l’obstacle, c’est sans nul doute la joie de Jonathan Plouganou, debout sur ses étriers, au passage du poteau avec Bipolaire  dans le  prix La Haye Jousselin. Une magnifique revanche sur le sort pour ce jockey d’exception tenu éloigné des pistes pendant un peu de plus de 4 mois suite à une chute le 24 mai.

C’est une victoire d’autant plus particulière que Jonathan, fort d’un palmarès riche de plus de 600 victoires et d’une cravache d’or en 2013, était toujours en quête d’un premier groupe 1.

Bipolaire lui a offert ce jour de gloire devant un Saint Goustan Blue à l’aube d’une grande carrière et Milord Thomas coupé dans son élan après une faute à la rivière des tribunes

En revanche pour Bertrand Lestrade, c’est un nouveau groupe 1 à sa longue collection de victoires au plus haut niveau. Un groupe 1 jusqu’au bout de l’effort pour Cicalina qui a résisté de haute lutte au rush final d’Epi sacré. Une dame de cœur qui aura  encore quelques belles cartes à jouer l’année prochaine.

Categories Plat