Arras : clap de fin pour Hervé Lamoril

L’ultime réunion de la saison, déclinée récemment sur l’hippodrome des Hauts-Blancs-Monts à Arras avait une saveur très particulière pour Hervé Lamoril. Incontestablement. Comme une page qui se tourne pour celui qui aura pris soin de rédiger quelques paragraphes supplémentaires de l’histoire d’une société des courses qu’il préside « depuis quatorze ans. » Un exercice (de style) que l’ancien agent d’assurances considère cependant légitime.

« Cette longévité traduit une marque de confiance, des membres du comité mais aussi des turfistes » murmurait l’intéressé, s’efforçant à dissimuler une évidente émotion. Animé par le sentiment d’un « ouvrage accompli », celui qui n’a d’autre choix que de se plier au règlement (1) ne résistait pas à l’envie d’évoquer certaines grandes lignes de son mandat.

La satisfaction d’avoir pu partager « d’agréables moments, entourés de passionnés » mais aussi d’être parvenu à convaincre que le Trophée Vert « pouvait, devait faire escale en cité arrageoise. » Un challenge qu’il menait à bien en 2008 !

A la personnalité parfois étonnante, dérangeante, Hervé Lamoril ne résistait au plaisir de quitter les lieux la tête haute : « Les premiers indicateurs attestent d’une bonne saison. Les chiffres officiels devraient ainsi confirmer une tendance à la hausse, tant dans l’affluence que les enjeux»

Un cheval de bataille que le néo-retraité entend prolonger encore quelques mois : « Sauf avis contraire, je me tiendrais à la disposition de mon successeur. » Un aveu à ne pas totalement passer la main pour celui qui remettra néanmoins les clefs à son successeur le 22 septembre.

 

(1) Par décret, un président de société de courses ne peut plus exercer ses fonctions au-delà de 75 ans. A cependant la possibilité de siéger au conseil d’administration.

Categories Nord