Supplémenter un cheval : à quoi ça sert ?

Vous voyez régulièrement, sur les programmes de courses, l’abréviation « suppl » apparaître à côté du nom d’un cheval. Cela signifie que le cheval a été supplémenté pour participer à la course. Explications.

 

Définition du mot :

« Qui fait l’objet du paiement d’un supplément. »

Autrement dit, l’entourage (entraîneur et propriétaire) d’un cheval paie un supplément afin que son cheval participe à une épreuve.

 

Qui est concerné ? 

Tous les chevaux de plat et d’obstacle peuvent être supplémentés dans une épreuve. La supplémentation n’existe pas au trot.

Repérer un supplémenté dans le programme PMU

Repérer un supplémenté dans le programme PMU

 

Comment est calculé ce supplément ?

  • Voici ce que prévoit le règlement de France Galop :

Courses de Groupe : 6 % du montant total du prix, (sauf exception*)

Autres courses : 3 % du montant total du prix

(*Prix de Diane : 55.000 €, Prix du Jockey Club : 60.000 €, Prix de l’Arc de Triomphe : 100.000 €)

  • Règlement spécifique pour les courses classées Listed et Groupe :

Une poule des Propriétaires est constituée dans les courses du Groupe I, II et III et les Listed Races. Un versement est effectué par le propriétaire, au moment de l’engagement pour chaque cheval engagé dans une course de Groupe ou une Listed Race. Le montant de cette poule est affecté à la dotation de certaines épreuves en complément de la somme allouée par France Galop.

Exemple : pour supplémenter un cheval dans le Prix Noailles (Groupe III doté de 80.000€), il faut débourser 6% de l’allocation totale soit 4800€ + le versement à la Poule des Propriétaires soit 5 760€. L’entourage doit investir 10.560€ pour inscrire son cheval à la dernière minute. Le cheval doit arriver maximum 3e pour rentabiliser ce coût.

 

Pourquoi supplémenter un cheval ? 

Engager un cheval (en temps et en heure) dans une course est très peu cher en comparaison d’une supplémentation. Pourquoi alors, est-on prêt à débourser plusieurs milliers d’euros pour voir courir son cheval ?

Il y a deux raisons à cela :

  • Les engagements pour certaines courses prestigieuses (comme le Prix du Jockey Club) ont lieu trois mois avant. Parfois, le potentiel d’un cheval (poulains et pouliches notamment) est repéré assez tardivement. C’est le cas pour Dicton (exemple ci-dessous) qui, après avoir été acheté à réclamer, a prouvé qu’il avait le niveau pour participer à des épreuves plus relevées que son programme initial. En conséquence, le cheval a le droit, moyennant finance, de participer à de grandes épreuves.
  • L’entraîneur a omis d’engager son cheval dont le programme est plutôt restreint. Il ne veut pas attendre une autre course similaire alors que son cheval est fin prêt à bien courir. En accord ou non avec le propriétaire, il profite de cette dérogation pour offrir à son protégé un engagement sur-mesure.

Dans les deux cas, le cheval est en forme et son entourage en attend une bonne performance.

Exemple : le cheval Dicton a été supplémenté pour participer au Prix du Jockey Club. Au lieu de dépenser 2.640€, son entourage a dû payer 72.000€. Dicton est arrivé 3e et a remporté 171.450€. Cette 3e place est donc tout à fait rentable et l’entourage a eu raison de supplémenter son cheval dans la course.

 

Comment utiliser cette information ?

C’est très simple ! Repérez le cheval qui a fait l’objet d’une supplémentation et, si sa candidature vous séduit, insérez-le dans vos jeux.

Vous pouvez, pour vous aider à affiner votre choix, regarder si le cheval a déjà couru sur la distance concernée, s’il connaît le jockey qui lui est associé ou encore s’il a tiré un bon numéro de corde.

Regardez également s’il s’agit d’un grand entraîneur/propriétaire qui supplémente. En effet, il est bien plus facile pour « les plus riches » de payer une supplémentation tandis que cela peut représenter un vrai budget pour un petit entraîneur. En conséquence, si un « petit » effectue une supplémentation, cela a encore davantage de valeur.

Categories Culture Hippique