Pierre-Charles Boudot, toujours plus haut !

2014 a été l’année de la confirmation pour Pierre-Charles Boudot. Le jeune jockey de 21 ans s’était fixé pour objectif de décrocher une première victoire de Groupe I avant la fin de la saison. Il a réussi son pari, en remportant le 14 juillet à Longchamp, le Grand Prix de Paris associé au 3 ans, Gallante pour le compte du « Sphinx » André Fabre, son maître d’apprentissage.

Issu du sérail, fils du regretté entraîneur du Centre-Est, Marc Boudot, lauréat du Président de la République 2000 avec Graal de Chalamont, « PC » (son surnom) s’est très tôt destiné à la carrière de jockey : « J’ai grandi dans le milieu des courses grâce à mon père et j’ai pu très tôt me faire une petite idée du métier de jockey. Je ne voulais pas évoluer dans l’obstacle car il faut être un peu fou pour faire ce qu’ils font (rires) ! J’ai fait mon apprentissage chez André Fabre et découvert la pression que l’on ressent avec la compétition. Mais c’est quelque chose qui finalement ne me pose pas de problème. Je gère ça plutôt bien, il me semble…. Bien sûr, il y a quelques contraintes. Je mesure 1 mètre 72 et dois donc faire très attention à mon régime, éviter de commettre des écarts. Mais, pour le reste, ce n’est que du bonheur ! ».

Passé professionnel en 2010, 440 jours seulement après ses débuts en compétition, Pierre-Charles Boudot a conclu son exercice 2013 par une prometteuse Cravache de Bronze, avec 122 succès, devancé par Maxime Guyon et l’intouchable Christophe Soumillon. Le natif de Paray-le-Monial, vainqueur sur ses terres du Grand Prix de Vichy avec Hippy, en juillet 2014, a doublé la mise l’an passé, terminant à nouveau sur le podium, derrière les deux mêmes jockeys pré-cités.

Pierre-Charles Boudot, malgré son sourire angélique, reste et demeure un insatiable compétiteur.

 

Categories Portraits