Milord Thomas et Dominique Bressou

Dominique Bressou nous parle de Milord Thomas !

Nous avons eu la chance d’aller à la rencontre de ce grand champion et de son entourage sur le centre d’entraînement de Dragey dans la Manche. Son entraîneur, Dominique Bressou, a livré ses impressions sur Milord Thomas :

 

Quels sont les points forts et les points faibles de Milord Thomas ?

C’est un cheval qui a un très gros mental. C’est sa grande force. Il adore aller au boulot !

Côté défaut, en course, il n’a pas de vrai changement de vitesse. Mais c’est un très bon sauteur, il est constant, je ne lui vois pas vraiment de point faible, mis à part sa petite peur de la Rivière des Tribunes. Il a toujours une appréhension au premier passage, le second ça va.

A t-il changé physiquement par rapport à l’an passé ?

Aux petits soins pour Milord Thomas

Aux petits soins pour Milord Thomas

Il a pris de la force ! Il s’est épaissi, mais c’est normal avec l’âge. Mentalement, il a toujours son mental de gagneur, de guerrier, il ne lâche jamais rien.

Va-t-il faire ses courses préparatoires à 100% ou sera-t-il fin prêt pour le 22 mai ?

Il va monter encore en progression jusqu’au GSCP. C’est ce qui est difficile à gérer en tant qu’entraîneur. D’une année sur l’autre, on essaie de refaire la même chose, mais pour moi, là il est plus prêt que l’an dernier au même moment. Sa course de rentrée lui a fait beaucoup de bien. Il sera prêt plus tôt. Ce qui peut être dur après c’est de les garder au top jusqu’au jour J. Tant qu’ils travaillent, ils prennent plaisir à travailler, après, une fois qu’ils sont bien, ils s’ennuient vite.

Qui craignez-vous le plus cette année ?

Un gagnant de GSCP forcément… Storm of Saintly… Sa course de rentrée, il n’en a pas mis plein la vue, il a battu ce qu’on lui donnait à battre. Mais il va prendre des chemins de traverse, ce qui est sûrement bien pour le mental du cheval. Il va arriver comme un guerrier ! C’est lui que je crains. Les autres, je pense, ne sont pas meilleurs que nous. Après ce sera une question de tactique, de parcours… On verra le jour J !

Comment ça se passe au quotidien avec Magalen Bryant, sa propriétaire ?

Je n’ai aucun contact avec elle, sauf le jour des courses, c’est le manager, David Powell, qui gère tout et a un grand suivi des chevaux sous sa responsabilité.

Et après le GSCP 2016, quel est le programme ?

Comme l’an dernier ! Le reste, ce sera pour l’automne. De toute façon, j’ai pas le choix, le cheval a tellement pris d’argent… Il en aura éventuellement 3 à l’automne avec comme objectif La Haye Jousselin.

Quel est le cheval qui vous a le plus marqué et pourquoi ?

Milord Thomas au travail

Milord Thomas au travail

En obstacle, Al Capone ! Il a été régulier, étonnant, ça c’est un cheval qui m’a marqué.

En plat, c’est assez éphémère… Trêve, ce qu’elle a fait, c’est exceptionnel. Deux Arcs, et en tenter un troisième… Une jument comme ça, n’importe quel propriétaire l’aurait mise au haras après le premier Arc ! Sportivement c’était top de la laisser.

Parlez nous de vos pensionnaires qui courent bientôt 

Cette année, je vais avoir des bons 3 ans. Là, ils sont un peu partis en vacances… Je ne suis pas trop un entraîneur de printemps, je trouve que c’est trop dur trop tôt. L’hiver, je fais bosser le travail de fond à tous mes chevaux (Milord fait par exemple 8000 mètres chaque jour en hiver). Ensuite, on bosse la vitesse, on fait des canters… Les courses les font bien monter en condition.

A la fin du printemps et à l’automne, il y aura Taverra (Mme Devin) qui est pas mal ; j’ai aussi Red Mix, Taclo et Favaas, qui sont trois poulains que j’estime.

Categories Grand Steeple-Chase de Paris